Menu
Du lundi au vendredi
de 9h à 18h.
Visites uniquement sur rendez-vous
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Eléments de langage IT pour juriste > SHAKELAW SHAKELAW SHAKELAW SHAKELAW SHAKELAW SHAKELAW SHAKELAW SHAKELAW

SHAKELAW SHAKELAW SHAKELAW SHAKELAW SHAKELAW SHAKELAW SHAKELAW SHAKELAW

Le 01 juillet 2019

Dans le vaste champ de l’économie numérique : des plantes sauvages, de mauvaises graines et de robustes pousses dans cet herbier.

 

Mon « SHAKE, Simply Legal »

Source Shakelaw « combine (…) the spirit of a handshake with the protection of a legal agreement  » : associer l’esprit d’une poignée de main avec la protection d’un accord juridique.

Biotope : les relations contractuelles de tous les jours de professionnel à professionnel. Cela rejoint finalement les contrats prérédigés (et prédigérés) accessibles sur la toile avec la faculté de les créer, signer et envoyer rapidement à son partenaire contractuel.

Distinction est faite entre BigLaw (« corporate law), SmallLaw (divorce, voisinage) et TinyLaw (« freelancers and small businesses », le cœur de cible de cette application)

Croissance : dans une société juridiciarisée ou au minimum portée à tout contractualiser avec un minimum de traçabilité, c’est une application inespérée.

A faire oublier l’indispensable et jadis suffisante poignée de main qui célait les engagements réciproques. Certes, aujourd’hui c’est rendu plus difficile avec un cocontractant situé à plusieurs milliers de kilomètres. Globalisation ?

Remarque : quel type de contrat au menu de cette application ? Du basique indémodable : vente/achat, location/bail, prêt, « créer votre modèle »

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Eléments de langage IT pour juriste