Menu
Du lundi au vendredi
de 9h à 18h.
Visites uniquement sur rendez-vous
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Eléments de langage IT pour juriste > DEFACAGE DEFACAGE DEFACAGE DEFACAGE DEFACAGE DEFACAGE DEFACAGE DEFACAGE

DEFACAGE DEFACAGE DEFACAGE DEFACAGE DEFACAGE DEFACAGE DEFACAGE DEFACAGE

Le 01 juillet 2019

Dans le vaste champ de l’économie numérique : des plantes sauvages, de mauvaises graines et de robustes pousses dans cet herbier.

Source : « Le défaçage d’un hébergeur canadien provoque la panique chez ses clients (…) MavenHosting, un hébergeur installé à Québec, au Canada, a provoqué une petite panique chez ses clients. Victime d’une "attaque de pirates" il y a cinq jours, il n’est toujours pas parvenu à remettre tous les sites sur pied. » ZDNET 23 octobre 2013

 

Biotope : les sites, leur vie et leur disparition momentanée

 

Croissance : risque zéro inexistant mais à maîtriser sous peine de rendre la toile peu sûre.

 

Remarque : « un défacement, défaçage ou défiguration (defacing en anglais) est un anglicisme désignant la modification non sollicitée de la présentation d’un site web, à la suite du piratage de ce site. Il s’agit donc d’une forme de détournement de site Web par un hacker. (…) La plupart du temps, les sites défacés le sont uniquement sur la page d’accueil. Le défacement n’entraîne pas en soi de perte de données ». Wikipedia.

 

Pénalement, qualification d’intrusion frauduleuse dans un système d’information (art 323-1 Code pénal) . Cela suppose au préalable de découvrir l’identité de l’auteur de l’intrusion et de pouvoir le poursuivre.

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Eléments de langage IT pour juriste